Obsolescence programmée : mythe ou réalité ?

07 Avr
2014

images

 

L’obsolescence programmée est un soupçon largement partagé par les Français puisque 80% d’entre eux sont convaincus de son existence, d’après une étude réalisée par Opinion Way.

L’obsolescence programmée, définie comme « l’ensemble des techniques » permettant de « réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement » est désormais punie depuis le 18 août 2015 de 300 000€ d’amende et de deux ans d’emprisonnement.

L’occasion de revenir sur des idées reçues et de distinguer l’obsolescence technologique de l’obsolescence marketing et de l’obsolescence programmée.

 

L’obsolescence programmée : un concept discutable

Concernant l’obsolescence programmée, elle ne peut à ce jour, sauf cas particuliers type consommables (ampoules, batteries, chargeurs…) être réellement prouvée.

Une chose est sûre, le prix d’acquisition des biens d’équipement a considérablement diminué en 30 ans sans que les consommateurs ne constatent systématiquement d’évolutions technologiques fondamentales pouvant révolutionner leur quotidien.

 

C’est le cas par exemple des réfrigérateurs ou des laves linges qui au-delà de certaines spécificités techniques (classe énergétique, niveau sonore…) garantissent toujours un usage simple, à savoir maintenir au frais ses aliments et laver son linge.

 

Il est donc possible de supposer que la baisse des prix d’acquisition des biens d’équipement est liée à la baisse des coûts de production elle-même liée en grande partie à la mondialisation de l’économie.

Certains fabricants peuvent pour répondre à la demande croissante et aux cahiers des charges de plus en plus exigeants de certains distributeurs, rogner sur la qualité et donc sur la fiabilité de leurs produits.

 

Lave-linge et réfrigérateur

Prenons un exemple concret : les Lave-Linge. Les lave-linge étaient tous autrefois lestés par du béton permettant lors de l’essorage de ne pas fragiliser le tambour. Hormis certaines marques comme Miele qui maintient toujours ce procédé, plus aucun lave-linge n’est lesté par du béton. Pourquoi ?

Pour des raisons de couts évidente, le béton alourdissant considérablement les lave-linge impactant logiquement les frais logistiques de transports.

Autre exemple, les turbines des réfrigérateurs. Certaines pièces ont une capacité de résistances et de vie dépassant les 10 ans. D’autres, au contraire, ne dépassent pas les 5 ans.

La différence de coût entre ces pièces détachés est parfois très faible mais dans une logique de rentabilité au plus juste, quelques euros pas pièce détachées, multipliées par le nombre de produits sortants d’usines génère des économies d’échelles importantes, surtout quand la logique de prix de vente est un élément essentiel et concurrentiel.

 

La durée de vie des appareils électroménagers aurait donc sensiblement diminué, et pourtant la durée de garantie n’a pas changé. Ainsi, 73% à 81% des équipements nécessitant une réparation ne sont plus sous garantie. Or, la réparation des biens électroménagers et multimédia est considérée comme une contrainte pour 46% des Français.

L’obsolescence technologique : une réalité

L’obsolescence technologique est une réalité, surtout dans les domaines de l’image et de l’informatique. Les performances ou de capacités de stockage des ordinateurs évoluent rapidement tout comme la qualité d’image des téléviseurs ou l’intégration récurrentes de fonctions d’interactivités.

Les évolutions technologiques constantes conduisent les fabricants à renouveler en permanence les fonctionnalités de leurs produits

Prenons un exemple concret : les TV. En 10 ans, nous sommes passés du tube cathodique à l’écran plat plasma, au LCD, puis au LED.

Les TV sont aujourd’hui Full HD ou Ultra HD, connectées (Smart TV) et en 3D….mais demain ?

Concernant l’électroménager, les évolutions technologiques restent majoritairement axées sur la consommation d’énergie.

L’obsolescence marketing : le point noir des fabricants ?

L’obsolescence marketing est souvent citée au travers de l’exemple d’Apple qui n’hésite pas à sortir tous les ans un nouvel iPhone, souvent peu différent de l’ancien, pratiquant ainsi une stratégie de cannibalisation marketing ayant pour objectif de rendre ses modèles antérieurs obsolètes.

Apple, comme d’autres fabricants, axe donc sa stratégie marketing sur les effets d’annonce, l’engouement des consommateurs pour la marque et leurs besoins de renouveler le plus souvent possible leurs équipements afin de rester en permanence à la pointe de la technologie. Ce renouvellement fréquent a pour cause que 90% des Français pensent que leurs équipements perdent rapidement de leur valeur.

Comment lutter contre ces effets ?

Difficile d’aller à l’encontre de la réalité du marché et des stratégies marketing des marques

Sur base de ces 3 constats, louer ses équipements peut solutionner en partie ces différentes obsolescences.

Pour les consommateurs craignant la panne, la garantie permanente sur les produits et les services associés en termes de rupture d’usage leur apporte une tranquillité d’esprit.

Pour les technophiles, la location devient l’opportunité de renouveler leurs équipements au rythme des innovations technologiques sans investir et en faisant des économies non négligeables.

 

Lokéo, solution de location électroménager location d’ordinateurs multimédia location Image & Son

 

New_LOGO